Nos adhérents

Quels avantages pour l’entreprise ?

Modif.: 19/07/2012

 

  • Avoir une vision stratégique sur sa politique énergétique. Permettre à l’entreprise de mieux comprendre les enjeux de l’énergie et d’anticiper les changements à venir et les politiques énergétiques à mettre en place.
  • Être une entreprise responsable et répondre aux exigences des clients. Les consommateurs sont de plus en plus nombreux à déclarer préférer acheter des produits ou des services à une entreprise responsable. Les clients seront d’ailleurs de plus en plus vigilants face à leurs achats et les entreprises de plus en plus contraintes à afficher l’impact environnemental de leurs produits (contenu carbone…). En savoir plus sur la réglementation.
  • Motiver ses salariés autour d’un projet. Engager l’entreprise dans une démarche responsable face à sa consommation d’énergie contribue également à fédérer en interne autour de valeurs et d’engagements communs. La productivité est améliorée. L’attachement à l’entreprise est renforcé tout autant que l’attractivité de l’entreprise pour les futurs salariés.
  • Accroître la compétitivité en réduisant ses coûts. Être éco-responsable est un enjeu de compétitivité. Les entreprises ayant anticipé la raréfaction des énergies épuisables ainsi que les réglementations à venir et les augmentations de coûts qui en découleront auront un avantage concurrentiel certain. Réduire la dépendance énergétique de l’entreprise et se tourner vers les énergies renouvelables fait partie des solutions efficaces.
  • Soutenir une association de protection de l’environnement et s’engager auprès de la société civile organisée, autrement dit les ONG/ associations, par l’intermédiaire du CLER, réseau qui regroupe plus de 170 acteurs de territoire travaillant dans le domaine des énergies renouvelables et de la maîtrise de l’énergie, et qui est donc bien représentatif des professionnels du secteur.
  • Se positionner comme précurseur dans l’application des normes internationales à venir dans le domaine du développement durable, en particulier en ce qui concerne la norme ISO 26000 portant sur la responsabilité sociétale et environnementale des organisations, ainsi que sur la norme ISO 50001 portant sur le management de l’énergie. Ces deux normes devraient être finalisées pour 2010.
  • Prendre en compte les risques extra financiers : la performance financière n’est plus suffisante pour attirer les investissements. Les investisseurs sont attentifs aux démarches environnementales des compagnies vers une efficacité énergétique accrue, le recours aux énergies renouvelables, une meilleure gestion des déchets, etc. Remettre en perspective sa politique énergétique constitue un enjeu fort pour le climat.

retour haut de page