Nos adhérents

Programmation pluriannuelle de l’√©nergie : quand la communication tient lieu de politique

Modif.: 17/05/2016

Les premi√®res orientations de la programmation pluriannuelle de l’√©nergie (PPE) ont √©t√© communiqu√©es par S√©gol√®ne Royal courant novembre. Faute d’une vision globale sur l’√©volution de la consommation d’√©nergie et de la part de chaque source d’√©nergie, cette annonce ressemble davantage √† un exercice de pure communication autour du d√©veloppement des √©nergies renouvelables qu’√† un vrai travail de programmation.

La loi est pourtant claire...
La loi sur la transition √©nerg√©tique qui repose sur une vision compl√®te de la strat√©gie de la France, indique que la PPE « se fonde sur des sc√©narios de besoins √©nerg√©tiques ». C’est pour r√©pondre √† ces derniers qu’elle doit ensuite traiter toutes les sources de production d’√©nergie et leur √©volution jusqu’en 2023.

… mais les sujets qui f√Ęchent sont repouss√©s √† plus tard
Pourtant, les premi√®res orientations annonc√©es par la ministre ne donnent aucune indication sur le sc√©nario de consommation retenu, en particulier pour l’√©lectricit√©. Seule la production d’√©nergies renouvelables est pr√©cis√©e. Sans orientation sur l’√©volution de la consommation et sur les autres sources de production d’√©lectricit√©, notamment le nucl√©aire, les objectifs d’√©nergies renouvelables ont toutes les chances de rester des vœux pieux. Par ailleurs, les objectifs fix√©s pour les diff√©rentes fili√®res renouvelables ne nous mettent pas sur la trajectoire pour atteindre les objectifs de la loi de transition √©nerg√©tique, que ce soit pour le d√©veloppement des √©nergies renouvelables ou encore pour la baisse de la part du nucl√©aire.

Pour Anne Bringault, en charge de la coordination des ONG sur la transition √©nerg√©tique pour le CLER – R√©seau pour la transition √©nerg√©tique et le R√©seau Action Climat : « Alors que la PPE doit s’appuyer sur des hypoth√®ses d’√©volution de la consommation d’√©nergie pour √©tablir ensuite les diff√©rentes sources de production, le gouvernement regarde encore une fois la transition √©nerg√©tique par le petit bout de la lorgnette en donnant des orientations uniquement sur les √©nergies renouvelables, par ailleurs insuffisantes, et en oubliant d’√©voquer la baisse de la consommation d’√©nergie et celle de la part du nucl√©aire. Le risque est d’avoir encore une fois des moyens de production largement surdimensionn√©s, notamment nucl√©aires, et de ne pas donner aux √©conomies d’√©nergie et aux √©nergies renouvelables la place qui doit leur revenir. »

Contact presse : Anne Bringault - 06 07 34 40 67

retour haut de page